Accueil  | Quinéville  |  Le Musée et ses horaires   |  Plan d'accès  |  Moteur de Recherche  |  Contacts  |  Liens  |  Livre d'Or

 
 
 
 

Pour la mère de famille, nourrir ses enfants pendant l’Occupation devient un véritable casse-tête. Les aliments disparaissent des étalages dans les boutiques tandis que l’Etat français réglemente leur distribution par de très nombreuses lois et circulaires. L’alimentation devient vite le premier budget de la famille et sa recherche mobilise beaucoup de temps car il faut faire la queue devant les magasins pour se faire servir.
Si l’idée de la mise en place par l’Etat des cartes de rationnement apparaît déjà pendant la « Drôle de Guerre » le 29 février 1940, elles ne seront pas mises en service avant l’Occupation. Cela n’empêche pas le rationnement de certaines denrées comme le sucre dès le 11 mars 1940 et les produits laitiers le 31 juillet. Les cartes de rationnement sont en fait distribuées à la population civile à partir du 18 septembre 1940, trois mois après la signature des armistices avec l’Allemagne et l’Italie.

 
 
 
 

La carte individuelle d’alimentation est le titre qui permet, au moyen de coupons et de tickets, la répartition équitable et l’attribution régulière des denrées indispensables à la nourriture de chacun. Les aliments rationnés sont les suivants : sucre, produits laitiers, pain, café, œufs, céréales et légumes, fromage, matières grasses, viande, pâtes, chocolat, vin…
Les consommateurs sont classés par catégories pour lesquelles les rations sont différentes. Les adultes sont divisés entre ceux qui ne se livrent pas à des travaux de force, les travailleurs de force, les agriculteurs et les retraités. Les enfants, classés J entre 3 et 12 ans, sont partagés le 23 octobre 1940 en J1 (3 à 6 ans) et J2 (6 à 12 ans). Une troisième classe de jeunes, J3 (entre 13 et 21 ans), apparaît le 9 juin 1941.

 
 
 
 

Un Service du Ravitaillement Général est créé afin de contrôler les impositions agricoles et leur répartition. Les commerçants doivent en effet adhérer à des groupements d’achat et de répartition pour pouvoir être approvisionnés. Ils ne peuvent plus se fournir directement chez les agriculteurs qui doivent pour leur part s’organiser sur un modèle corporatif et déposer leurs livraisons à des organismes responsables du stockage.
La pêche est aussi limitée car le carburant est rationné et les bateaux ne doivent pas s’éloigner à plus de 3 milles des côtes. Ceux qui possèdent un jardin élèvent des lapins et transforment leurs massifs de fleurs en petite culture potagère, quand ils obtiennent à la mairie une carte de jardinage avec des feuilles de tickets « semences » distribuées par le Secours National. Les tickets vont devenir nécessaires pour obtenir la moindre marchandise : charbon, textile, pétrole, alcool à brûler, tabac, fournitures scolaires…

 
 
 
 
 


Ce moteur affichera et surlignera le terme recherché, si il est présent dans la page.
Pour vérifier si la page contient plusieurs fois le terme recherché, il suffit de revenir sur le moteur et de lancer la recherche à nouveau.
L'affichage passera de mot identique en mot identique.
Les menus sont intégrés à la recherche pour souligner les chapitres traitant en particulier de l'item recherché.

Précision : le moteur est sensible aux caractères accentués.



   

Consulter le Livre d'Or