Accueil  | Quinéville  |  Le Musée et ses horaires   |  Plan d'accès  |  Moteur de Recherche  |  Contacts  |  Liens  |  Livre d'Or

 
 
 
 

Dans la zone occupée, en plus des unités militaires proprement dites, un système de commandement territorial allemand est mis en place. Il est plus ou moins calqué sur le système administratif français qui doit, selon l’article 3 de la Convention d’Armistice, « S’engager à collaborer de manière correcte ».
Le commandement militaire supérieur en France – Militär Befehlshaber Frankreich – est assuré par le général Otto von Stülpnagel qui installe ses bureaux dans l’hôtel Majestic, à Paris. Ses services comportent deux branches distinctes, un département administration et un département économique.
Pour réaliser les objectifs culturels et économiques voulus par l’Allemagne en France occupée, le commandant supérieur militaire en France publie des ordonnances dans un Journal officiel et les fait appliquer par tous ses organes administratifs qui sont directement en liaison avec l’administration française.

 
 
 
 

Le territoire occupé est découpé en cinq districts militaires administratifs gérés chacun par une Oberfeldkommandantur. Les commandements de ces districts sont situés à Paris (Paris et départements limitrophes), Saint-Germain-en-Laye (Nord-Ouest), Angers (Ouest), Bordeaux (Sud-Ouest) et Dijon (Est). Chaque chef-lieu de département est dirigé par une Feldkommandantur, l’équivalent allemand de la préfecture française. Cette préfecture militaire a autorité sur les Kreiskommandantur installées dans chaque sous-préfecture du département. Chaque commune possède enfin, selon sa taille, une Standortkommandantur ou une Orstkommandantur, contenant chacune un bureau pour régler les problèmes administratifs, délivrer des laissez-passer…

 
 
 
 

Le service de la propagande allemande est chargé de contrôler la presse française qui ne réapparaîtra avec son autorisation qu’à partir de juillet 1940. Les textes jugés non favorables à l’Allemagne ou trop patriotiques pour la France sont systématiquement censurés. Ces mêmes services contrôlent de la même façon les radios françaises. Pour éviter que les civils écoutent la radio de Londres, les Allemands publient un décret obligeant « théoriquement » les civils français à tenir leurs portes et fenêtres ouvertes lorsqu’ils écoutent des émissions radiophoniques étrangères. Ils effectuent aussi un brouillage des ondes pour les rendre inaudibles.

 
 
 
 
 


Ce moteur affichera et surlignera le terme recherché, si il est présent dans la page.
Pour vérifier si la page contient plusieurs fois le terme recherché, il suffit de revenir sur le moteur et de lancer la recherche à nouveau.
L'affichage passera de mot identique en mot identique.
Les menus sont intégrés à la recherche pour souligner les chapitres traitant en particulier de l'item recherché.

Précision : le moteur est sensible aux caractères accentués.



   
 
 

Consulter le Livre d'Or