Accueil  | Quinéville  |  Le Musée et ses horaires   |  Plan d'accès  |  Moteur de Recherche  |  Contacts  |  Liens  |  Livre d'Or

 
 
 
 

Dès le début de l’attaque allemande à l’Ouest, le 10 mai 1940, des dizaines de milliers de civils belges et néerlandais viennent en France pour fuir vers le sud. Quand les Allemands percent la frontière française trois jours plus tard, c’est au tour des populations du nord du pays de prendre le chemin de l’exode.
Avec le passage de la Somme par les Allemands le 5 juin et leur avancée vers Paris, il y a bientôt jusqu’à 8 millions de civils sur les routes de France, ce qui n’est pas sans gêner les manœuvres des militaires franco-britanniques. Des soldats désemparés se mêlent d’ailleurs souvent aux longues files de véhicules civils de toutes sortes qui ont pris la direction de l’ouest et du sud de la France, c’est la débâcle.

 
 
 
 

Les soldats britanniques qui n’ont pas pu être évacués à Dunkerque tentent de s’échapper par voie maritime avant que les Allemands ne s’emparent des ports français. Jusqu’au 19 juin, la  quasi totalité de leurs troupes réussit à rejoindre l’Angleterre par les ports du Havre, de Cherbourg, de Brest, de Lorient et de Saint-Nazaire où ils perdent plus de 3 000 soldats lors du naufrage du paquebot Lancastria bombardé par l’aviation allemande.

 
 
 
 
 


Ce moteur affichera et surlignera le terme recherché, si il est présent dans la page.
Pour vérifier si la page contient plusieurs fois le terme recherché, il suffit de revenir sur le moteur et de lancer la recherche à nouveau.
L'affichage passera de mot identique en mot identique.
Les menus sont intégrés à la recherche pour souligner les chapitres traitant en particulier de l'item recherché.

Précision : le moteur est sensible aux caractères accentués.



   
 
 
 
 
 
 

Consulter le Livre d'Or