Accueil  | Quinéville  |  Le Musée et ses horaires   |  Plan d'accès  |  Moteur de Recherche  |  Contacts  |  Liens  |  Livre d'Or

 
 
 
 

Toutes les introductions aux autres thèmes abordés sont extraites des historiques sur panneaux qui accompagnent chaque sujet abordé.

 
 
 
 

Le 6 juin 1940, deux jours seulement après la fin de l’embarquement des forces britanniques à Dunkerque, Winston Churchill donne son accord à la création de coups de main localisés sur les côtes ennemies par un ou plusieurs petits groupes de combat bien armés et entraînés. L’idée des Commandos est née...

 
 
 
 

Les Alliés fixent le lieu et la date du Débarquement lors de la Conférence de Québec en août 1943 : il devra avoir lieu en France, sur les plages de Normandie, dans les premiers jours du mois de mai 1944. Le général Eisenhower, commandant en chef des forces alliées, reporte finalement la date d’un mois pour engager des forces plus importantes...

 
 
 
 

Depuis l’entrée des Etats-Unis dans le conflit en décembre 1941, les Allemands n’ont pas eu d’autre choix à l’Ouest que de passer de l’offensive à la défensive. Il s’agit pour eux de conserver les pays conquis dans lesquels ils imposent leur loi et leur ordre moral et d’éviter absolument l’ouverture d’un second front comme en 14-18...

 
 
 
  La station de Quinéville, au milieu de la côte est du Cotentin, est située à un emplacement stratégique. L’organisation Todt va y implanter un ensemble de fortifications représentatif de ce qu’était le mur de l’Atlantique...

 

 
 
 
  Le 5 novembre 1943, le maréchal Erwin Rommel est nommé inspecteur du mur de l'Atlantique et commandant du secteur allant de la Loire à la mer du Nord. Pour pallier le manque de canons et d'engins blindés à proximité des plages, il y fait installer plus de 500 000 obstacles. Les tétraèdres en métal ou en béton, parfois surmontés d'une mine, doivent éventrer les barges de débarquement...  
 
 
 

Faible en grands navires de surface, la Kriegsmarine fonde de grands espoirs dans ses petites unités lanceuses de torpilles : ses sous-marins, les U-Boote, ainsi que ses vedettes rapides, les Schnell-Boote.
Les deux sont lancés en meutes pour couler les cargos qui ravitaillent l’Angleterre ainsi que ses bâtiments de guerre...

 
 
 
 

Quatre ans après avoir conquis le port de Cherbourg en juin 1940, le maréchal Rommel revient dans le Cotentin pour inspecter le mur de l’Atlantique. Le 29 janvier 1944, il quitte Fontainebleau avec une partie de son état-major et arrive à Caen. Il rend visite au quartier général du général Richter commandant la 716e division d’infanterie...

 
 
 
 

Si les moyens pour l’acheminement et la protection des troupes alliées jusqu’en Normandie sont réunis, se pose le problème crucial du manque de port. Comment faire pour débarquer des centaines de tonnes de matériel lourd ainsi que l’approvisionnement des dizaines de milliers de soldats descendus à terre ?

 
 
 
 

Pour prendre le contrôle des ponts et des voies de communication allemandes en arrière des plages, peu après minuit les Alliés envoient leurs troupes d'élite, les parachutistes. Deux divisions américaines comprenant chacune 7 500 hommes, la 82e et la 101e, sont transportées dans 822 appareils C47 et larguées derrière UTAH...

 
 
 
 

A l'aube du 6 juin 1944, 2 210 appareils alliés effectuent un dernier bombardement des positions allemandes qui vont bientôt être prises d'assaut. Les Allemands, dont les installations de radars ont été brouillées, ne savent qu'ils sont attaqués qu'au moment où ils aperçoivent les silhouettes des milliers de bateaux qui se détachent sur la ligne d'horizon !

 
 
 
 

Les Alliés, qui ont débarqué sur 80 kilomètres de plage, peuvent maintenant passer à la deuxième phase de leur plan : conquérir un port en eaux profondes pour assurer définitivement l’approvisionnement des troupes débarquées. Ce port, c’est Cherbourg...

 
 
 
 

Quinéville était l’objectif le plus au nord de la zone devant être prise par les forces américaines dès le Jour-J. Sa libération n’intervient en fait que huit jours plus tard. Le 14 juin 1944 à 9 h 15 du matin, l'artillerie américaine de la 4e division d’infanterie entre en action sur les abords de Quinéville qui doit, selon les vœux de l’état-major, tomber le jour même...

 
 
 
 

Alors que la ville de Montebourg vient d’être libérée, une énorme tempête s’est levée en mer. Elle va durer trois jours et détruire le port artificiel américain construit devant Omaha Beach et endommager le port britannique devant Arromanches. Le ravitaillement des troupes débarquées est considérablement ralenti et la prise du port de Cherbourg devient extrêmement urgente...

 
 
 
  En avril 1944, la 2e D.B. est transportée en Angleterre afin qu’elle puisse participer aux combats pour la Libération de la France. Elle débarque sur le sol de Normandie à St-Martin-de-Varreville, le 1er août 1944. Les 4 000 véhicules de la division se dirigent vers Le Mans sous les acclamations des civils français heureux de retrouver leur nouvelle armée française...  
 
 
  Le 16 décembre 1944, les Allemands profitent d’un hiver très froid et de conditions climatiques mauvaises qui clouent les avions alliés au sol pour lancer leur dernière offensive à l’Ouest. Ils attaquent l’armée américaine dans les Ardennes. La surprise est totale chez les Alliés qui s’étaient habitués à garder la direction des opérations face à une armée allemande qui ne cessait de reculer...  
 
 
  Les îles anglo-normandes de Jersey, Guernesey, Aurigny et Sercq sont situées à quelques dizaines de kilomètres seulement de la côte ouest du Cotentin. Comme la garnison britannique qui y était stationnée avant-guerre a été envoyée en France, les îles ne sont défendues en 1940 que par une milice d’environ 300 hommes...  
 
 
 

La stratégie de défense allemande à l’Ouest a été basée sur la transformation des principaux ports de l’Atlantique en forteresses imprenables. Si les batteries côtières doivent empêcher toute attaque maritime, une défense a aussi été prévue contre une attaque terrestre des ports par l’arrière grâce à une ligne de blockhaus quasiment impénétrable...

 
 


Ce moteur affichera et surlignera le terme recherché, si il est présent dans la page.
Pour vérifier si la page contient plusieurs fois le terme recherché, il suffit de revenir sur le moteur et de lancer la recherche à nouveau.
L'affichage passera de mot identique en mot identique.
Les menus sont intégrés à la recherche pour souligner les chapitres traitant en particulier de l'item recherché.

Précision : le moteur est sensible aux caractères accentués.



   

Consulter le Livre d'Or